Madère, une île verdoyante

Funchal

image Le bus que prend mon équipage pour se rendre à Funchal, la capitale de l’archipel de Madère, longe la côte Sud de l’île et passe sous l’impressionnante piste de l’aéroport. Celle-ci a été partiellement construite sur la mer et repose sur 180 piliers de béton. Un port à sec a été installé sous la piste pour recevoir les bateaux de passage qui ont choisi d’hiverner.

image Centre ville de Funchal, place de l’hôtel de ville et de l’Eglise du Collège. Les places et les rues piétonnes sont entièrement recouvertes de petits pavés blancs et noirs savamment posés en différents motifs.

image

Une rue pittoresque du vieux Funchal avec les portes de ses maisons décorées par des artistes.

image

image

imageimage

Le marché couvert, Mercado dos Lavradores, où l’on retrouve toutes les spécialités de l’île dont les petites bananes de Madère

.image L’église du village de Monte qui surplombe la ville à 550m. Les touristes y accèdent en téléphérique ( 15€ /pers ). Nicole et Gérard sont montés en bus puis ont rejoint Funchal par le chemin des écoliers.

image

image

Vue sur une partie de Funchal

Punta de Sao Lourenço : 

Elle est située à l’extrémité Est de L’île. On y accède à pied, en partant de la Marina. Son relief se rapproche plus de celui de Porto Santo que des montagnes verdoyantes du centre de l’île.

image

image

image

 

L’un des rares mouillages de Madère

 

 

 

 

La Levada de Ribeiro Frio à Portela :

Les levadas sont des conduits d’irrigation construits par les colons et leurs esclaves dès le 16ème siècle. Elles sont constituées d’un caniveau en pierre cimenté d’environ 50cm de large et de 80cm de profondeur. Elles descendent en pente douce depuis les hauteurs gorgées d’eau pour irriguer les cultures en terrasse du sud ( céréales, bananiers, canne à sucre ). Pour leur entretien, un chemin les suit sur toute leur longueur, constituant des chemins de randonnées. Il parait que ce réseaux compte environ 2200km. Nicole et Gérard, accompagnés par trois équipages ( Pocoloco, Ar Vag et Merlin ), se contentèrent d’en parcourir 11km. Cette excursion leur permis de se rendre compte du travail colossal que représentent la construction puis l’entretien de ce réseau. Voici quelques clichés de cette randonnée inoubliable.

image

image

imageimage

image

imageimageimage

imageimage

image

Notre séjour se termine. Il reste encore de nombreux sites à visiter, mais le voyage doit se poursuivre. Le vent d’Est doit passer Nord-Est en fin de semaine, juste ce qu’il faut pour me pousser vers d’autres îles, les îles Canaries. Une traversée de 280 miles va venir s’ajouter à mon compteur.