Le CVD et ses environs

Le club de voile de Dakar est le seul lieu d’accueil pour les voiliers, comme moi, en transit. Il n’est pas nécessaire d’utiliser l’annexe pour débarquer. Sadio ou Moussa vient vous chercher avec la navette.

DSCF3301

Un ponton rustique vous amène devant le CVD.

P1060196

La plage est jonchée de détritus apportés par la mer. Mieux vaut être vigilants et porter des chaussures.

P1060199

DSCF3358

Un petit escalier vous fait arriver dans le jardin ombragé.

IMG_2825

P1060200

Au fond, se trouve le bureau où Famala vous donne tous les renseignements nécessaires pour accomplir les formalités d’entrée. Il appelle, lui-même, le taxi qui vous conduit à la police portuaire puis à la douane pour obtenir le fameux passavant, obligatoire pour séjourner au Sénégal. Il vous en coûte 5000 F CFA ( 8€ ). Depuis le 1er mai 2015, le visa n’est plus nécessaire. Il était plus onéreux, 52€ par membre d’équipage, pour un mois. L’escale sénégalaise a été éliminée du programme d’un bon nombre de bateaux.

Si vous désirez remonter votre bateau au sec pour un carénage ou d’autres travaux, un charriot, retenu par un treuil, est prévu à cet effet. Pour ma part, j’ai une meilleure confiance dans l’élévateur du port du Hérel.

image

Les équipages se retrouvent au bar-restaurant. La wifi est gratuite mais le débit est faible et Nicole désespère pour mettre le blog à jour.

image

image
Au CVD, vous pouvez vous doucher, faire la lessive et remplir vos bidons. Mais armez-vous de patience car le robinet est muni d’un filtre complètement saturé, qui ne délivre qu’un mince filet d’eau.
Le personnel est toujours prêt à vous épargner les corvées comme l’approvisionnement en carburant ( moyennant, bien sûr, un pourboire ) et peut vous indiquer l’artisan dont vous avez besoin. Nicole s’est aventurée à demander les services d’une coiffeuse pour une coupe. Pauvre petit mousse, ce fut « le massacre aux ciseaux » ! Des mèches de toutes les longueurs que notre Capitaine a essayé d’atténuer le soir venu.

image
En sortant du CVD, vous trouvez de petites échoppes dont un épicier qui peut se charger de la liste de vos courses, « Mama légumes », « Mama nougats », « Mama bijoux », un micro-magasin d’accastillage, un ferronnier……

image
Vous pouvez vous promener le long de la plage. Elle vous mène au port de pêche et à son marché aux poissons.

image

DSCF3311

image Cet homme récupére l’encre des seiches dans un flacon. Elle servira à recopier le Coran.

Cette promenade est à déconseiller aux personnes à l’odorat délicat. Vous avez l’impression de marcher dans une décharge au bord de l’eau. Les égouts se déversent par une large rigole conçue, au départ, pour évacuer les eaux pluviales saisonnières. Ce qui n’empêche en rien à cette zone côtière d’être très poissonneuse. Cette insalubrité prive mon équipage de bains de mer, pourtant si appréciables par cette chaleur.

P1060223

P1060215

P1060213

Pêche au filet au bord de la plage.

image

Résultat…….Il y a du tri à faire !

image