Sainte Anne – Martinique

– DU 17 au 31 janvier –
Sainte Anne :
Je suis ancré derrière une bouée jaune qui délimite la zone de baignade à respecter, non loin du village, sur sable et  5m de fond sous moi. Position : 14°25’98 N / 60°53’18 W. La clearance d’entrée se fait au bar: Boubou, sur PC. Le gérant tamponne le formulaire rempli par le skipper. La taxe est de 3€ au lieu de 5€ si on le fait à la Capitainerie du Marin.
Malgré le tourisme très développé dans cette partie sud de la Martinique, Sainte Anne a gardé son cachet et son ambiance de village. L’église fait face au ponton des annexes, au pied de celle-ci s’étale une place ombragée avec des bancs. Autour on trouve une pharmacie, la mairie et des boutiques de souvenirs. La rue principale mène vers le marché aux légumes. Juste à côté se trouve le petit marché aux poissons. Lorsqu’un pêcheur revient avec du poisson à vendre, il prévient les clients en soufflant dans un gros coquillage ( un lambi ), provoquant un son ressemblant à celui d’une corne à brume. Du mouillage, on les entend très bien.

Dans cette rue, une boulangerie et deux supérettes permettent un petit ravitaillement de dépannage.
Derrière l’église se dresse le morne Calvaire. Un sentier en zigzag permet d’y grimper et de découvrir un superbe panorama sur toute la baie et sur le mouillage. Chaque année, le 19 septembre, plus de 3000 pèlerins s’y rassemblent.

Le Marin et sa marina :
Si on ne veut pas déplacer son bateau, on peut s’y rendre en bus ou en taxico ( Taxi collectif ). Ou alors on fait comme mon équipage et l’on s’y rend en annexe. Trois milles me séparent du Marin. L’aller se fait au moteur contre le vent. Les embruns le rendent plutôt humide et il vaut mieux le faire en maillot de bain et mettre ses vêtements secs dans le sac à dos. Le retour se fait, lui, à la voile ( quand l’annexe le permet ). Le trajet direct fait passer sur des hauts-fonds et le long d’une très jolie plage plantée de cocotiers appartenant au Club Med.

image

image

 

La Marina est située au fond du cul-de-sac du Marin. Elle est entourée de mangrove. Le chantier naval et le port à sec viennent d’être remis à neuf. Les tarifs y sont, hélas, rébarbatifs. Quelques épaves de voiliers sont là pour nous rappeler l’éventualité de phénomènes cycloniques durant la saison humide. Mon équipage, bien conscient des risques, se renseigne pour me trouver un bon abri s’il décide de séjourner aux Antilles jusqu’en 2017.

image
Le port du Marin propose des places sur catways, sur pendilles ou sur bouées. Il possède un ponton, très pratique pour faire le plein de carburant et d’eau douce. Il y a au moins trois voileries et mon skipper a pu, sans délai d’attente, faire recoudre la bande anti UV du génois. On peut faire l’avitaillement dans trois supermarchés : Simply qui est situé à deux pas de la Marina, Carrefour market et Leaderprice, installés près de la zone de carénage. Un ponton particulier permet de transférer les courses directement du caddie dans l’annexe.
Occupations à bord :
Le génois est dégréé le 20 au matin, avant que le vent ne se renforce. Il est déposé à la voilerie l’après-midi, récupéré le 22 et regréé dans la foulée.
Vidange du moteur.
Couture : rajout d’une pièce à l’avant de chaque taud, faisant office d’entonnoir pour récupérer l’eau de pluie destinée à la vaisselle et à la toilette. L’eau s’écoule, ensuite, par un système de tuyaux raccordés par des T dans le réservoir.
Gérard se penche sur le problème de surconsommation d’électricité à bord. Il vérifie les batteries. Il revoit tout son circuit électrique, en s’aidant du plan qu’il a fait lors de l’aménagement. Il y a bien une fuite électrique. Il faut rechercher l’appareil défectueux. Il vérifie un à un les instruments électroniques. Il démonte le tableau de la timonerie et finit par trouver. L’antenne VHF fait masse. Aussitôt débranchée, les batteries stockent à nouveau. Il va falloir prévoir la remplacer, elle, et les 25m de câble car elle est en haut du mât. Il n’y pas d’urgence, nous en avons une ancienne sur le portique arrière. Sa portée est moindre car elle est trop basse.
Lessives : à proximité du mouillage, se trouve un petit complexe hôtelier avec un lavomatic. Il suffit d’amarrer l’annexe au ponton flottant qui donne accès à la plage puis au sentier qui mène à lui. On peut également y remplir ses bidons en eau. 7€ la machine de 7kg et 0,20€ les 10 litres d’eau.
Blog : rédaction de la traversée et mise en ligne de l’article. Nous avons la wifi à bord. Il suffit de connecter l’antenne au Hotspot nommé captainwifi et régler le forfait souhaité par compte paypal. Au début le débit était un peu faible puis il s’est nettement amélioré.
Excursions :
Promenade le long de la baie, face au mouillage. Un chemin boisé mène à une pointe. Le sol, aux pieds des arbres, est jonché de trous qui abritent des crabes de couleur orange vif. Un arbre au bord de l’eau porte des fruits verts ressemblant à de petites tomates. Son tronc a été cerclé d’un trait de peinture rouge. Plus tard mon équipage apprendra que cet arbre est un mancenillier. Les fruits sont toxiques. Il ne faut pas stationner dessous s’il pleut, car l’eau de ruissellement occasionne de graves brûlures.

image

image

image

image
Visite de l’ancienne distillerie Clément et de son parc arboré près du village Le François. Sa maison de maître avec son mobilier d’époque est un vrai musée. Les chais où sont entreposés les tonneaux de rhum ancien dégagent une senteur enivrante appelée « la part des anges ».
Marche du Cap Chevalier au Cap Ferré sur la côte au vent au SE de l’île. Le sentier qui démarre du parking du Cap Chevalier débouche sur une crique où deux barques de pêche sont amarrées derrière la barrière de corail. La houle de l’océan déferle sur les hauts-fonds mais entre eux et la plage, l’eau est calme et claire. Elle inciterait à la baignade mais la couche de sargasses, amoncelées le long du bord, freine les téméraires. Le sentier serpente tantôt sur la plage, tantôt dans le sous-bois.

image

image

image

image

image

La côte est sauvage, pas une habitation ne vient la défigurer. Parmi les arbustes rencontrés au cours de cette promenade, on repère quelques mancenilliers. Il faut accélérer le pas car le ciel s’obscurcit. Les promeneurs ont tout juste le temps de sortir du bosquet quand la pluie chaude se met à tomber. Comme d’habitude, le grain passe rapidement et le soleil réapparaît. Ensuite le sentier se met à grimper et permet une vue plus générale sur les récifs. Le Cap Ferré allonge sa pointe vers l’Est. Le chemin rejoint, à nouveau une plage, moins envahie par les algues.

image

image

image

image

Un bain rafraîchissant puis une pause sandwich et il est temps de songer à rejoindre les voitures car la matinée est bien avancée et un barbecue est prévu comme déjeuner. Le retour se fait plus rapidement, les photos étant surtout prises à l’aller. Le repas a lieu dans une superbe maison de famille avec piscine.

image

Gérard se propose instantanément pour aider Henri, le maître de maison à griller la viande marinée.

image

Yves se lance dans la préparation du Ti punch. Une grande table est dressée sur la terrasse. Ce n’est qu’à la nuit tombée que je revois mon équipage. Pendant ce temps là, à Sainte Anne se déroulait les préparatifs de Carnaval avec un défilé et beaucoup d’animation. Cela laisse prévoir de grandes festivités dans une semaine mais je ne serai plus là pour en faire profiter mes voyageurs.
Divers :
Samedi 30, au matin, en débarquant de l’annexe, Gérard a voulu se retenir au portique et il est tombé à l’eau. Dans la chute, ses lunettes l’ont blessé et il est remonté à bord avec l’oeil droit injecté de sang et quelques plaies. Son infirmière préférée suit l’évolution de l’hématome et vous donnera des nouvelles de son patient dans un prochain article.

image