Les Tobago Cays

Mayreau et Tobago CaysDu 19 au 21/02 :
Le vendredi 19/02, sous GV et moteur, je quitte l’île de Mayreau pour faire route vers les Tobago Cays. La carte électronique facilite ma navigation entre les récifs coralliens où déferle la houle de l’Atlantique.

Je m’engage dans la passe nord et me dirige vers deux îlots : Petit Rameau et Petit Bateau. Une zone plus profonde permet le mouillage de quelques grosses unités. Le mousse se tient derrière le balcon avant, avec la VHF portable. Elle peut guider ainsi mon Capitaine.

DCIM100GOPROGOPR0905.

Le passage entre les deux îles est étroit et encombré de voiliers amarrés sur bouée. Tiens ! Un bateau de Saint Malo ! Ce n’est autre que le catamaran de Bob Escoffier, en route, comme moi, pour un grand voyage.

DCIM100GOPROGOPR0900.
Mais revenons à nos moutons ou plutôt à nos patates de corail. Il s’agit d’être prudent dans ce secteur. Un Boy Boat nous propose une bouée d’amarrage mais mon skipper voyant la possibilité d’ancrer, préfère cette solution. Il me choisit un emplacement de choix à proximité de l’îlot de Baradal, à quelques mètres d’une réserve délimitée par des bouées où évoluent des tortues. L’alizé est toujours soutenu mais le mouillage est protégé par l’avancée de la plage et les récifs coralliens qui l’entourent.

DCIM100GOPROGOPR1064.

Il est à peine 10 heures, l’annexe est mise à l’eau et Yves et Marie partent inspecter les lieux et rechercher un beau site de plongée. Nicole et Gérard ne tardent pas à suivre.

DCIM100GOPROGOPR0963.

Le mousse prêt pour explorer les grands fonds

DCIM100GOPROGOPR1071.

                                                    Yves et sa copine, la tortue

Durant ces deux jours, mes passagers multiplient les séances de snorkelling. Il y a quelques années, la flore sous-marine y était de toute beauté mais un cyclone a détruit le récif corallien. La nature reprend ses droits petit à petit et de nombreuses parcelles de jeunes coraux apparaissent. La faible profondeur donne l’impression de nager à l’intérieur d’un aquarium géant. On y côtoie des poissons de toutes couleurs, plus ou moins vives, se déplaçant en couples ou en bancs, des plantes aquatiques ondulant sous les petites vagues, quelques lambis, une tortue non craintive, de jolis coraux en formation et du sable blanc qui donne ce bleu turquoise à cette partie de l’océan.

 

DCIM100GOPROGOPR1129.

DCIM100GOPROGOPR1053.

DCIM100GOPROGOPR1117.

IMG_3125

 Coquille de Lambi

Dollar

 Dollar (test d’oursin)

 

IMG_3124

Yves à la voile devant Baradal

DCIM100GOPROGOPR1092.

                                                 Ile de Baradal peuplée d’iguanes (paraît-il…….)