Le « blues » du départ

La date du départ se précise. Un nouveau téléphone satellite a pris place au-dessus du bureau. Il permettra d’envoyer des messages réguliers aux enfants et de recevoir les fichiers météo.

image

Il y a du passage à mon bord, pour les derniers bisous. Promesses de se revoir pour certains, sous d’autres latitudes. Les parents de Nicole sont partant pour les retrouver de l’autre côté de l’Atlantique, si la santé le leur permet.

image Les parents de Nicole

Yves, leur neveu, les rejoindra aux îles du Cap Vert pour vivre avec eux la traversée vers les Antilles.
Gérard et Nicole passent leur dernière soirée avec Yann, leur fils, et sa gentille chienne Canaille.

image

De mon côté, je me sens prêt à larguer les amarres. J’ai pris du poids ces dernières semaines, je dois approcher des 12 tonnes. Il serait temps que je fasse du sport.

Dimanche 12 juillet 2015 : Le réveil sonne à 6h30. Le seuil de la porte du port se relève à 8h10. Il n’y a pas de temps à perdre. A 7h30 je quitte mon nid douillet, ponton K7. Je ne devrais pas le revoir avant cinq ans. Après un premier bord le long de la côte qui mène à la pointe de Carolles, je me mets au cap 300° et pointe mon étrave vers les Iles Chausey. Je ne pouvais pas partir sans les revoir une dernière fois. J’y ai passé tant d’agréables moments à me faufiler entre les « cailloux » pour assurer, à l’équipage, un mouillage sûr et reposant. Des bateaux amis passent le long de mon bord pour que leurs équipiers puissent venir nous souhaiter « bon vent ».

image Le Lys Noir

image Le Grand Beau Temps

image Phijoss

 

Gérard passe la fin de la journée avec Michel, à la pêche, sur son canot chausiais.

image Michel sur son canot

Lundi 13 juillet : C’est avec nostalgie que nous laissons disparaître derrière nous ces jolies îles. Nous quittons Chausey par la Passe Nord.

image Au revoir Chausey

La visibilité est moyenne et l’île de Jersey est à peine distincte. Le premier bord me mène à proximité de l’espar « Le Coq », dans l’archipel des Minquiers. Je vire alors de bord, car c’est plutôt mal pavé dans ce coin. Mon deuxième bord me dirige droit sur l’entrée de Saint-Malo. Bravo, Gérard, ton option était la bonne. Le vent, de sud-ouest, souffle entre 20 et 25 noeuds.
A 13h je m’engage dans le chenal principal, je salue en passant le phare « Le Grand Jardin ».

image Le phare « Le Grand Jardin »

Par prudence, car nous sommes à marée basse, Gérard s’enquiert de la hauteur du seuil. 2m20, c’est bon, je passe. A 14h, après quelques ronds dans l’eau, l’employé du port finit par me trouver une place au ponton, à l’emplacement d’un voilier de location, parti pour la semaine. Des amis de Saint-Jacut, Isabelle et Philippe, viennent passer la soirée à mon bord.
Mardi 14 juillet : C’est Noël, avant l’heure. Sandra et Olivier arrivent, les bras chargés de cadeaux. La famille et des amis se sont joints aux enfants pour offrir à mes skippers ce qui leur manquait mais dont ils avaient repoussé l’achat. Je me suis alourdi d’un mini rétroprojecteur pour les soirées cinéma, d’une caméra Go Pro pour vous faire profiter de leurs découvertes et, enfin, d’un aspirateur efficace et peu encombrant, alimenté par batterie rechargeable sur le 220v comme sur le 12v.
Le moment, tant appréhendé par Nicole, où il faut se quitter, arrive. Un dernier bisou à Alicia et à sa maman et mon petit monde rentre à mon bord, le coeur gros.

image

image

Une chance, ce soir a lieu le feu d’artifice. Il faut sortir les vélos pour se rendre à proximité des remparts. Le bain de foule et le magnifique spectacle ont permis à mon équipage de chasser cette tristesse passagère.
Demain nous partons tous les trois vers d’autres horizons. La vie est toujours trop courte, alors profitons de chaque instant.